Des verres de vue pour les chasseurs corses


Le voisin aux chiens et aux joues très rouges m’a raconté qu’en fin de saison on balayait les tas de bogues de châtaignes afin de les bruler sur les bords des chemins. Pas vu pour l’immédiat. J’apprends plein de choses. Je papote avec les passants qui, face à mon chantier pour rénover la maison de famille, viennent me plaindre (Ho, quel travail mon bon monsieur !) ou me féliciter de me voir en train de peindre ou de tenter de casser le portail avec ma perceuse (Ho quel travail mon bon monsieur !). Puis tous me disent que le temps est anormalement magnifique – je ne m’en plaindrai pas merci – et que l’on va manquer d’eau, et toc ! Je suis tombé dans le panneau, car maintenant ils vont me raconter, un tour d’horloge à la clé, comment on faisait autrefois. Les canaux d’irrigation, qui ont disparu (voyez votre jardin), le réservoir à eau (en haut) aussi, qui est à sec, la fontaine qui ne marche plus… et de fils en aiguille, moi avec mon pinceau qui sèche à la main, je fais mes classes sur l’histoire du village vue par des personnalités bien différentes.

Je me disais hier – justement- que j’avais durant ce séjour fait la connaissance de plus de gens qu’en 30 ans de passage dans ma maison au bord de la mer mais loin des voisins. Comme je suis d’un naturel liant (voir plus avant l’épisode zoo) cela me convient bien. D’ailleurs la larme à l’œil de ma voisine, que j’aide à chasser les cochons qui envahissent sa propriété dès qu’elle a le dos tourné, ainsi que l’augmentation des invitations à venir prendre un pot (de bière à la châtaigne), illustre ma lente progression vers la magistrature suprême : Être un voisin fréquentable ! Mais, je reste sage, par la force des choses : Les jolies filles ne fréquentent pas le seul établissement public de la commune que je connais à savoir… l’église. Pas très sexy la visite, les entrées sont rares sauf les jours de glas (ho !).

Aujourd’hui, il fait beau… et froid ! Brrr 11° sur le devant de ma porte, je n’ose imaginer la température qu’il fait au-delà. J’ai mis une grosse paire de chaussettes en laine et pris avec moi la boite de mouchoirs pour contrer le nez qui coule. Chassé sans doute par le temps qui se prépare à l’hiver, le village se vide et se fait silencieux. Des voitures passent encore mais je note qu’elles sont remplies de chiens et plutôt le fait des chasseurs du dimanche. Il faut les voir plantés tout du long des chemins, harnachés façon commando, attendant patiemment qu’un malheureux sanglier traqué par les chiens, passe dans le coin alors que des dizaines de cochons quasi sauvages leur passe impunément sous le nez manquant chaque jour de créer des accidents. Comme je m’interroge sur cette curiosité locale, j’en déduis qu’ils manquent de bonnes lunettes. J’en veux pour preuve qu’ils tirent à vue la majorité des panneaux de signalisation. Faute de cadavres de sangliers, vous trouvez tout du long des routes, des chemins les plus reculés, des malheureux panneaux criblés de balles, troués de chevrotines. Néanmoins, de temps à autre, au détour d’un virage, on tombe nez à nez – façon de parler – avec le cadavre d’une grosse vache. Tiens un tireur fou, mal couvert par la Sécu, pour se payer des lunettes -se dit-on – mais non, Elle a simplement dévalé de la montagne pour s’être prise pour une chèvre ! On m’a affirmé dans un café sentant la bière (à la châtaigne), que ce n’était pas toujours vrai. Parfois c’est le fait d’un chauffeur plus habile que la moyenne qui a réussi à atteindre la bête avec son parechoc. Comme je m’étonne que ce dernier ne prenne pas en charge son trophée pour l’amener à sa cuisinière de femme, on me rétorque que c’est le fait des chasseurs du dimanche (et du samedi) qui ne savent pas dépecer la bête abattue. Et de m’avouer « Ici, il y a plus de tireurs que de chasseurs ». Dès que suis président, je décrète l’ouverture permanente du tir aux cochons sauvages.

 

Précédent Mozart. Une star mais à quel prix !?
Suivant Pourquoi pas une plateforme de location à la demande pour les auto-édités ?

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *