La Rescapée de l’Île des Fous


Personnages du livre
La Rescapée de l'Ile des Fous

Dans la « Pianiste de la Légion Rouge », Arianna, pianiste surdouée, est séquestrée sur le yacht du Parrain. Gravement blessée, elle a perdu la mémoire mais pas son talent. Dans la « Rescapée de l’Ile des Fous », elle est recueillie par un couple d’allemands, réfugiés de l’Allemagne de l’Est, vivants dans l’île. Elle va progressivement se reconstruire sous le prénom d’Armonie, devenir une interprète d’une grande originalité. Devenir une figure de la ville de Mozart. Plus tard, sous le nom d’Armonie son succès lui impose de nombreuses représentations publiques. Elle sera reconnue par son ravisseur. Celui-ci va traquer celle qu’il considère comme sa propriété en n’épargnant personne sur son chemin.

Introduction au Tome II – Il n’est pas rare que les bateaux de plaisance qui cabotent le long des côtes ne prennent pas la peine, lors des déplacements de courte durée, de remonter les canots qui servent aux passagers pour aller à terre se délasser ou faire leurs courses. Le canot métallique du Dragon des Mers avait été oublié dans la précipitation du départ et était resté accroché à un cordage. Il suivait sagement le sillage du yacht qui revenait vers les côtes grecques avant de s’engouffrer à nouveau dans la mer Egée menant au Détroit des Dardanelles. Les personnels du Dragon des mers ne sont pas tous des vrais marins. C’était le cas de l’homme à tout faire qui avait la charge du canot assurant le transport des passagers entre le yacht et les ports où il faisait escale. Il ne savait pas faire de vrais nœuds. Cela sauva Arianna. En tombant elle réussit à se réceptionner pour limiter le choc de sa chute brutale dans la mer mais elle ne put éviter le canot et l’atroce douleur dans sa tête. Elle sombra inconsciente sans réaliser qu’elle venait de saisir le cordage qui s’enroulait à son bras l’attachant au canot soudain libéré. Bienheureuse perte de connaissance qui éloignait pour un temps l’affreuse douleur de sa tête ensanglantée par une entaille qui labourait profondément sa tempe gauche.  Personne à bord ne songea à se poser la question de la disparition du canot. Tout le monde le croyait à l’abri, rangé dans le hangar du pont arrière.  Lorsque l’homme en charge du canot réalisa sa bévue, sur le moment il pensa que le nœud de la corde qui l’attachait au yacht s’était défait et qu’il était perdu. Il n’en dit rien. On ne sut donc pas qu’Arianna était peut-être restée accrochée au canot.  A la place du petit canot disparu le matelot, responsable des navettes, fit sortir la petite vedette sans que personne ne lui pose la question et, le jour où ce fut le cas, il s’était passé tellement de temps que personne ne sut faire la relation avec la nuit de la chute d’Arianna.

Précédent Istanbul porte entre Byzance et Constantinople
Suivant Premier épisode : Le prisonnier de Dimitrovgrad

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *