Les Musiciens ont compris l’importance d’intéresser à la musique les auditoires les plus divers. Ils multiplient les innovations afin de les attirer et les inciter à s’éduquer à un art très exigeant. Aujourd’hui l’innovation musicale est soutenue par l’industrie du cinéma comme elle fut souvent bon ménage avec la littérature. Elle inspire Beethoven lorsqu’il écrit Fidelio A l’époque de la terreur, Léonore une femme amoureuse qui déguisée en homme risquera sa vie pour libérer son mari emprisonné dans une prison de Tours.  L’histoire est une œuvre du dramaturge Jean-Nicolas Bouilly et reprit par Beethoven pour son opéra.Le compositeur s’investit émotionnellement afin de toucher les auditeurs et les spectateurs.

D’autres le font en favorisant l’interactivité entre les orchestres et les spectateurs. Ainsi l’Orchestre de Chambre de Paris a invité le public – plus de 400 personne – à reprendre en chœur le Messie de Haendel à Noël 2015. De plus en plus d’orchestres n’hésitent pas à inviter des chorales, des amateurs pour participer à la fête de la musique qui réunit des milliers de spectateurs.

Pourtant bien des musiciens et des organisateurs d’évènements musicaux constatent avec amertume le comportement consumériste des spectateurs. « Les nouveaux auditeurs sont des goujats qui n’applaudissent qu’à peine, qui sortent avant même la fin afin de gagner quelques places au vestiaire, qui ne savourent pas le plaisir de l’instant et qui ne partagent rien avec un groupe de musiciens, des artistes qui ont travaillé dur pour leur présenter une œuvre en mettant en exergue ce qu’elle peut avoir d’émouvant. Maintenant ces gens sans corrections mais aussi sans culture venus pour être dans « le coup » par pur snobisme, s’esbaudissent en écoutant quelques morceaux composés avec un ordinateur où le nombre de « boum-boum » est presque égal au nombre de notes de la partition ! » Les voilà amateurs d’une musique sans goût. De la musique « à effet », style « épic » (beaucoup de cymbales, de grosse caisse), un peu racoleuse, de la musique pour jeu vidéo, beaucoup de recherche dans le rendu sonore (c’est le seul « plus ») …  On aime ou on n’aime pas, mais c’est vrai que ça s’écoute facilement car c’est court, ça tourne d’ailleurs en boucle car ça fonctionne sur un seul thème, plus long ce serait très vite lassant. » https://www.facebook.com/armoniechannel/

 

Précédent

Avis de lectrices et lecteurs

Suivant

Quatre saisons

A propos de l'auteur

Denys

Denis Ettighoffer, est un des spécialistes français reconnus dans l’étude projective de l’impact des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication). Ses nombreux livres sont autant de contributions à la réflexion sur les évolutions des sociétés, des modèles économiques et organisationnels. Sa spécificité réside dans sa capacité à analyser le présent, pour en extraire les orientations économiques et sociétales stratégiques pour les décennies à venir. Le voilà lancé dans une aventure comme il les aime, être reconnu à la fois par son imagination (pas le plus dur !) mais aussi comme un bon artisan de l’écriture romancée ( et ça c’est pas gagné !)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir aussi