Les rapports sur l’état lamentable de nos prisons ne cessent de sortir dans la presse. Malheureusement, l’insalubrité des prisons et l’indigence de l’administration en matière de gestion des lieux de rétention n’est pas vraiment un scoop.  La cruauté des responsables du Ministère de la Justice, qui ont considéré qu’à l’emprisonnement devait aussi s’ajouter des conditions de vie inhumaines, explique que très rares ont été ceux qui ont dénoncé l’état des prisons françaises. La couardise de la plupart  pour appeler à manifester leur indignation symbolise un état lamentable de la soit disant patrie des « droits de l’homme. Il aura fallu que les personnels pénitentiaires eux-mêmes alertent des enquêteurs et la presse pour que les politiques commencent à s’émouvoir de la situation faite aux détenus. Une situation qui n’est pas à l’honneur de la société française comparé à d’autres démocraties plus respectueuses du droit de détenus. Mais, ce qui motive mon questionnement aujourd’hui, après avoir constaté l’état de la prison des Beaumettes, c’est de savoir pourquoi les prisonniers eux-mêmes ne sont pas mobilisés – et pourquoi pas, récompensés- pour participer à l’entretien de leurs cellules, de leurs équipements collectifs ? Ce qui serait une façon de les occuper, de les mobiliser et de réduire les frais d’entretien des prisons.  Cela me parait frappé du coin du bon sens et j’ai vu que cela se faisait aux États-Unis. Je n’ose parier que c’est encore une réglementation à la c…   produite par un ensemble de mecs qui n’ont rien d’autres en tête que de rendre la vie plus difficile à la terre entière pour se protéger d’un possible dysfonctionnement. La couardise vous disais-je !

Précédent

Erdogan, Le Kaiser Musulman

Suivant

Vous êtes partisan du mouvement vert. Bravo...

A propos de l'auteur

Denys

Denis Ettighoffer, est un des spécialistes français reconnus dans l’étude projective de l’impact des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication). Ses nombreux livres sont autant de contributions à la réflexion sur les évolutions des sociétés, des modèles économiques et organisationnels. Sa spécificité réside dans sa capacité à analyser le présent, pour en extraire les orientations économiques et sociétales stratégiques pour les décennies à venir. Le voilà lancé dans une aventure comme il les aime, être reconnu à la fois par son imagination (pas le plus dur !) mais aussi comme un bon artisan de l’écriture romancée ( et ça c’est pas gagné !)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir aussi